Abstinence sexuelle : quelles conséquences ?

Abstinence sexuelle : quelles conséquences ?

Nous entendons parfois de nombreuses théories sur les conséquences de l’abstinence sexuelle. A défaut de connaitre ce qui arrive réellement, les suppositions vont bon train. Découvrons ensemble quelques éclairages sur les effets de la privation de sexe.

L’abstinence sexuelle nuit à la libido et la performance érectile

Après s’être privée de rapport sexuel pendant un moment, une personne peut assister à la baisse de sa libido. L’abstinence aurait une conséquence sur le taux d’endorphine dans l’organisme. Cette hormone est responsable de la sensation de plaisir. Cependant, cette situation reste réversible. La sécrétion reprendra naturellement dès la reprise d’une activité sexuelle. Alors, ne pas faire l’amour pendant un bref moment peut se réparer. Dans la même logique, les performances vont baisser par manque de pratique.

Le stress et la baisse de confiance en soi

L’absence de rapport sexuel peut affecter la morale. En effet, faire l’amour permettrait de vaincre le stress. Privée d’acte sexuel, une personne peut devenir moins résistante aux situations difficiles. Ce constat vient d’une étude médicale américaine datant de 2005. Puis, la confiance en soi serait également affectée. L’absence d’activité sexuelle engendre une carence en certaines hormones. Ces dernières sont essentiellement produites pendant le coït. Ces sécrétions peuvent habituellement passer inaperçues, mais leur manque se fera ressentir de manière palpable.

La baisse de fréquence des rapports sexuels rend vulnérable

Certains scientifiques ont établi le rapport entre le système immunitaire et les rapports sexuels. Le manque de pratique fait baisser la défense naturelle de l’organisme. La production l’immunoglobine serait stimulée par une vie sexuellement active. Si cet élément vital manque, l’organisme devient plus vulnérable aux virus et autres bactéries qu’il arrive naturellement à combattre. Enfin, le rapport sexuel peut se considérer comme un sport. Se priver de cet acte revient à ne plus faire des exercices. Il vaut mieux pallier par la pratique d’une activité sportive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
fr_FRFrench